Le néant, hantise des créatifs

Le néant, hantise des créatifs

. lecture : 4 minutes

Tout le monde a déjà ressenti ce vide, cette sensation de ne parvenir à aucun résultat. C'est d'ailleurs une période très redoutée des créatifs. Une phase creuse que l'on vit avec plus ou moins de sérénité selon nos tempéraments. Mais comment gérer ces moments délicats dans notre aventure créative ?

Je t'ai donné beaucoup d'astuces pour stimuler ta créativité, mais là on va apprendre à mettre son muscle créatif au repos. Car oui, nourrir sa créativité est tout aussi important, si ce n'est plus que de l'exploiter. Comme tout muscle, ce dernier a besoin de repos, une phase de récupération qui va te permettre de repartir sur les chapeaux de roues.

La créativité : une plante fragile

Notre créativité peut être comparée à une plante, que l'on se doit d'arroser tous les jours. Il faut rester à l'écoute, dans une démarche bienveillante. Alors si tu as tendance à être dure envers toi-même, c'est le moment de lâcher du leste.

Cette étape clé va te permettre de recharger tes batteries et de repartir de plus belle. Plus tu nourris ta créativité, plus elle sera verdoyante. Si tu as la sensation que ta créativité ressemble au désert du Sahara, il ne faut pas désespérer. On peut y trouver de belles oasis !

La créativité : un phénomène cyclique

Les phases qualifiées de creux sont inévitables. Je n'ai personnellement connu aucun créatif qui ne soit pas passé par une ou plusieurs périodes creuses.  Et on constate que ces périodes reviennent de manière cyclique.

Exemple de cycle créatif

Tu remarqueras que ton cycle créatif ne ressemble à aucun autre. Il est unique et varie en fonction des évènements de la vie. Que tes cycles soient courts ou longs, il faut que tu apprennes à connaître ton cycle créatif pour anticiper ces phases de déclin. Tu ne peux pas prévoir la durée du creux suivant mais comprendre les facteurs déclencheurs. Mais surtout connaître ton cycle va te permettre d'approcher ces phases de creux avec plus de sérénité.

Les facteurs déclencheurs peuvent être nombreux : ils vont du simple coup de mou au problème de santé sérieux. Bien sûr, on ne peut pas anticiper tous les risques mais on peut en diminuer certains. Tu vas voir que tu peux agir dans de nombreux domaines.

Les composantes de la créativité

En prenant du recul, on se rend compte que la qualité de notre créativité dépend de trois choses :

  1. Ton environnement : il compose 20% de ta créativité. Cela passe passe par ton espace de travail jusqu'aux personnes qui composent ton cercle social.
  2. Ton mode de vie : il compose 30% de ton capital créatif car même si ce n'est pas le plus important il influe directement sur tes aptitudes créatives. Il y a énormément de leviers  comme l'alimentation ou le sommeil par exemple.
  3. Ton entraînement : il occupe la part restante c'est-à-dire 50% de ton potentiel créatif. Cela va du petit rituel créatif au projet créatif que tu pourras réaliser. Et je ne le répèterai jamais assez mais la discipline reste la clé. Quitte à militariser ton organisation pour caser tes sessions de créations. No pain no gain comme on dit dans le jargon sportif !

Donc si il y a bien deux leviers sur lesquels tu peux être sûr de pouvoir améliorer c'est bien ton mode de vie et ton entraînement. Donc pas d'excuses ! Bien sûr tu peux agir sur ton environnement, mais ça reste quand même plus délicat quand il s'agit des relations sociales ou familiales. Bref, retiens l'acroynyme EME.

Comment gérer ces périodes de creux ?

Roller coaster in a park
Photo by Priscilla Du Preez / Unsplash

Prendre du recul

Je pense que la meilleure de gérer cette situation délicate est de l'aborder avec beaucoup de recul sur les choses. Comme je l'ai dit dans un épisode précédent, muscler ta créativité va te permettre de développer ton pouvoir de résilience. La résilience est la capacité à résister à un choc, qu'il soit émotionnel ou physique. Déculpabiliser est donc nécessaire pour pouvoir effectuer cette transition. Et sois-en rassuré, cette période est en aucun cas une fin en soi.

C'est d'ailleurs l'opportunité d'un renouveau créatif. Tu peux faire le point sur ce que tu as déjà accompli et constater tous tes progrès. C'est comme pour les régimes. Il y a un moment où tu vas atteindre un palier. Il ne faut pas que tu oublies que tu as déjà réussi à perdre deux tailles de pantalons. Donc félicite-toi de ce que tu as déjà accompli. Profite-en !

Mieux identifier les symptômes

Mieux vaut prévenir que guérir s'applique particulièrement bien dans cette situation.  Cela ne va peut être pas te permettre de remédier à la situation mais de la gérer pour qu'elle soit moins marquée. Il y a plusieurs signes qui annoncent l'entrée dans ta phase de déclin comme

  • Difficultés de concentration,
  • Nervosité ou tension,
  • Sensation d'insatisfaction vis-à-vis de ton travail,
  • Perte de plaisir dans l'activité créative
  • Ennui, lassitude dans l'activité créative,
  • Perte de repères quant aux objectifs fixés,
  • Comparaison de ton travail à celui de tes compairs...etc.

J'en oublie sûrement mais ce sont pour moi les principales raisons qui peuvent indiquer l'entrée dans une phase de déclin. Après ces sympthômes peuvent résulter d'autres causes. Il est donc nécessaire d'effectuer ce travail d'introspection pour repartir sur des bases plus saines.

S'imposer des break créatifs

Au lieu de subir tes périodes de creux, tu peux t'accorder des break créatifs. Ils ont le même objectif que ces périodes creuses, mais ce qui les différencient c'est que tu choisis de faire une pause.

Ces pauses peuvent être plus ou moins longues selon tes besoins, placées à différents moments. Ce sont des moments fantastiques pour se ressourcer et mieux redémarrer. Comme une bonne sieste après le déjeûné.

Pour résumer

Ne cherche pas à éviter l'inévitable : tu ne peux pas échapper à ces passages à vide. Ces périodes sont vitales pour ton évolution en tant que créatif. Tu as besoin de ces moments pour te remettre en question, faire le point pour aller de l'avant.

Crédit photo : Daniel Hjalmarsson (Articstudio), Unsplash