Minimalisme : consommer moins pour créer plus

Minimalisme : consommer moins pour créer plus

. lecture : 6 minutes

On est bientôt en novembre et les fêtes de Nöel approchent à grand pas. Cette période de l'année rime avec fièvre acheteuse, sur-consommation.

Dans l'épisode 7, j'évoque mon burn-out et comment l'art m'a permis de remonter la pente. Le minimalisme a également joué un rôle important. C'est pourquoi je tenais à lui dédier un épisode complet.

Récapitulatif des points abordés

  • Sur-consommer tue notre créativité,
  • Minimalisme : les bienfaits sur notre créativité,
  • Ma transition vers le minimalisme,
  • 🎁 Ressources bonus  

Le minimalisme avant tout un courant artistique né dans les années 60 aux Etats-Unis. Il avait pour but d'aller à contre courant du mouvement expressioniste abstrait. Le minimalisme en tant que mode de vie s'inspire de ce mouvement artistique et vise à rompre avec la logique capitaliste. Non, consommer plus ne nous rends pas plus heureux ; bien au contraire.

Sur-consommer tue notre créativité

Dans ta pratique créative, tu es régulièrement amené à consommer : que ce soit des produits (matériel) ou des services (formations). Mais cette frénésie d'achats en tous genres peut constituer un poison pour ta créativité. Elle concerne ton loisir créatif mais également tous les domaines de ta vie.

On pense qu'acheter le dernier matériel va résoudre nos difficultés en matière de création. Mais il en n'est rien. Il ne pourra pas remplacer notre imagination. Cette obsession pour la nouveau porte un nom : le syndrôme de l'objet brillant. On la retrouve beaucoup dans le cadre des produits high-tech, mais pas uniquement.

Ces comportements d'achats sont façonnés par le bourrage de crâne marketing. Acheter sans cesse du nouveau matériel ne va pas faire de nous de meilleurs artistes, seulement des artistes plus pauvres.  

Lorsque j'ai acheté mon réflex en 2011, j'avais déjà dépensé  1 700€. Ce qui représente déjà une somme énorme.  Mais je n'avais pas considéré le coût réel. Au delà du prix du boîtier et de l'objectif standard, il y a beaucoup de choses que j'ai acheté. Au final, j'ai bien dépensé 3 000€ pour tout mon équipement. Un matériel volumineux, lourd et encombrant. Donc pas top si tu veux voyager léger ou photographier de manière spontanée. J'ai dû trouver une place pour entreposer le matos, acheter les produits d'entretien, les sacs de transport...etc. Une énorme prise prise de tête, un stress supplémentaire. A chaque fois que je prenais mon matériel, je devais faire très attention pour ne pas l'endommager ou me le faire voler. Donc, ce que je peux te conseiller est d'acheter le matériel qui réponde à tes besoins : ni plus, ni moins.

C'est un matériel que je n'ai évidemment pas amorti à cause de l'obscelescence. Dès la sortie du nouveau boîtier, mon réflexe avait perdu la moitié de sa valeur. Le cycle de vie des produits est toujours plus court.  Ce qui durait tout une vie ne l'est désormais plus.  Les services ne sont pas non plus épargnés. Il y a beaucoup de services qui accompagnent ces produits périssables. Cette logique profite uniquement au vendeur. Le consommateur lui, est le dindon de la farce.  D'un point de vue artistique, ces cycles biaisent notre créativité. On passe plus de temps à changer de matériel et à s'y adapter que de véritablement créer. C'est l'illusion d'un progrès qui n'en est pas un.

Ces comportements tendent au final à faire de nous des collectionneurs. Acheter pour montrer que l'on est passionné par tel domaine. Consommer pour flatter notre égo. Beaucoup de photographes aiment exposer leur équipement sur Instagram grâce à des photos prises en  flat-lay.  Auparavant, j'aurais adoré posséder tout ces équipements. Aujourd'hui, cette opulence me dégoûte.

Minimalisme : les bienfaits sur notre créativité

Simplifier notre vie en réduisant le nombre d'objets que l'on possède peut nous être bénéfique pour notre créativité. Le minimalisme remet au centre ce qui compte le plus pour nous : s'adonner à notre loisir créatif.

Le concept est simple : on ne garde qui nous est utile. On ne perd plus de temps à entreposer, ranger, nettoyer les objets que l'on accumule. Par le désencombrement, on apaise notre notre esprit en réduisant le stress et l'anxiété qui sont deux facteurs qui freinent notre créativité. On a également plus de temps pour créer. En ne gardant uniquement ce qui compte, tu ne perds plus de temps sur ces choses qui volent notre temps.

Dans le cadre de notre loisir créatif, limiter nos possessions peut nous aider à :

  • Ne pas tomber dans un gouffre financier. Se limiter dans notre matériel impacte directement le portefeuille. Et ce n'est pas rien ! Ton loisir créatif doit rester un plaisir. Je parle plus précisément de cela dans l'épisode 21.
  • Exploiter au maximum notre matériel. On va pouvoir l'amortir en utilisant toutes les fonctionnalités.
  • Challenger notre créativité. Au lieu de se dire "Avec quel matériel je peux faire tel effet ?", tu vas pouvoir te dire "Qu'est-ce que je peux faire avec ce que j'ai déjà ?".
  • Privilégier l'aspect artistique plutôt que technique. Si tu possèdes des outils simples, tu pourras rapidement les prendre en main et te libérer sur le plan créatif.
  • Créer de manière spontanée. En réduisant ton matériel à tes basiques, tu as la liberté de créer quand tu le veux.  C'est ce qui posait problème avec mon ancien matériel. Chaque sortie photo devait être planifiée et avec elle une longue to-do liste de choses à prendre avec moi.  
  • Créer de manière "pertinente". C'est ce que l'on appelle en anglais consistency. Créer avec de la teneur, du sens pour toi. En utilisant que des choses qui ont du sens pour toi, tu auras un résultat qui sera en adéquation avec toi-même. Tu vas donc naturellement créer des choses qui te représentent et affirmer ton style artistique.

Ma transition vers le minimalisme

Jusqu'à cette année,  je ne m'étais jamais posée de questions sur mon de consommation. Depuis petite, j'ai toujours vécu dans des espaces incroyablement grands. On ne se rend pas forcément compte de la quantité de  choses que l'on peut entreposer.

Mon burn-out m'a fait prendre conscience que j'avais perdu de vue les choses qui comptent vraiment. Je me sentais oppressée par mon environnement. Faire le ménage était un calvaire. Pour le coup, le documentaire Netflix "L'art du rangement" tombait vraiment au bon moment.

En suivant sa méthode de A à Z, avec mon copain on s'est lancés dans tri MASSIF. Le tri le plus drastique a été sur ma garde de robe. Avant mes vêtements étaient stockés dans 3 armoires et une commode. Et je n'avais jamais assez de place. Aujourd'hui, tout tient dans une armoire IKEA.  J'ai également fait cela sur tous mes articles d'hygiène et beauté, mes livres, mes articles high-tech...etc. Ce procress a duré 21 jours. Et c'était vraiment usant, surtout à la fin. Mais pour tout te dire, je ne regrette absolument pas. Je me sens vraiment plus légère, plus libre et moins dépendante des objets qui m'entourent.

Le tri est en réalité un jeu d'enfant comparé à la suite. Car oui, j'ai fait des erreurs. Je me suis quand même rendue compte que certains (beaucoup) de mes achats étaient encore liés à mes émotions. Rongée par la culpabilité, j'essayais de trouver des raisons rationnelles : sans succès.  En donnant des objets, j'ai réalisé  que j'avais gaspillé mon argent. Au fur et à mesure de mes erreurs, j'arrive à faire des choix plus judicieux.

Même si je tends de plus en plus à simplifier ma vie en réduisant mes possessions, je ne me considère pas comme "une minimaliste".  Car il  n'est pas juste question d'un nombre de vêtements à avoir mais d'un processus.

Si tu veux te lancer dans cette aventure, tu peux te questionner sur tes habitudes de consommation. Pour moi, c'est la première étape. Elle va te permettre de ne pas répéter les mêmes erreurs encore et encore. Cette prise de conscience est souvent le résultat d'un travail psychologique prenant.

Vu qu'on ne change pas des  habitudes d'un claquement de doigt, Il est important d'y aller à son rythme. Il y a certaines choses qui ont pris plus de temps à m'en défaire, et c'est OK. Encore une fois, c'est un process continu. Donc évite de te comparer aux autres, surtout aux extrêmes que tu peux trouver sur les réseaux sociaux.

Ressources bonus

N'étant pas une très grande fan de lecture, je ne saurais te conseiller des livres mais plutôt des séries, documentaires et bien sûr des podcasts !

  • Séries Netflix : L'art du rangement, Marie Kondo, Tiny House Nation
  • Documentaire Netflix : Minimalism : A Documentary About The Important Things - Johua Fields Millburn & Ryan Nicodemus
  • Podcasts : The Minismalists -  Johua Fields Millburn & Ryan Nicodemus. C'est le podcast que j'écoute le plus. Je ne rate aucun épisode. Ils parlent de minimalisme sous toutes les coutures et les échanges sont vraiment très riches. Si tu n'es pas allergique à l'anglais il va te plaire !