Processus de création : quelle est la formule magique ?

Processus de création : quelle est la formule magique ?

. lecture : 5 minutes

Dans cet épisode, on rentre dans le vif du sujet car il concerne le processus de création. Comment gérer des idées qui soient ingénieuses ? Comment avoir des idées lumineuses ? Existe-t-il une formule magique ?

Je me suis intéressée à des approches de différents auteurs. Ce processus n'est pas scientifiquement établi même si certains faits peut être expliqués grâce aux sciences cognitives.

Comprendre ce mécanisme va te permettre d'en tirer partie. Pour cela, je me suis posée plusieurs questions :

  1. Qu'est-ce qu'une idée ?
  2. Comment générer des idées ? Quelles sont les étapes clés du processus de création ?
  3. Dans quels cas ce processus peut se révéler utile ?
  4. Comment savoir si l'idée est bonne ou mauvaise ?
  5. Quels sont les pièges à éviter ?

Qu'est-ce qu'une idée ?

Une idée est, selon le dictionnaire, une représentation d'une pensée correspondant un groupe de mots, de phrases. Ton idée rest abstraite et ne prend vie à partir du moment où tu l'exprimes.

Et selon Steven Johnson, auteur américain et professeur de journalisme à l'université de New York, une idée est un réseau de neurones. Il est activé de manière synchrone à l'intérieur du cerveau.

Lorsque cette zone est activée, l'idée apparaît de manière nette. Le but est de retenir cette idée en conservant une trace. Par exemple, tu peux faire une activité tout à fait banale et te dire : "Euréka ! J'ai une idée brillante pour résoudre le problème de gaspillage alimentaire à la maison".

Conseil N°1 : répertorie toutes idées dans un notebook dédié pour ne pas les laisser filer. Tu peux y revenir de temps à autre pour les analyser avec un oeil neuf.

Comment générer des idées ?

Comme je l'ai dis dans un épisode précédent, on vit dans une époque où il n'y a jamais eu autant d'innovations technologiques. Cela se ressent particulièrement dans le domaine de l'UX Design où comptent beaucoup de méthode de création.

Mais quelles sont les différentes étapes qui permettent de produire des idées ?

Selon Wallas Graham, professeur et théoricien en sciences politique, a décortiqué ce processus en  4 étapes :

  1. Phase de préparation : elle consiste à collecter des informations dans la thématique dans laquelle tu travaille. Cette phase consiste à combiner des éléments tangibles, c'est-à-dire logiques et des éléments abstraits, issus de l'imagination.
  2. Phase d'incubation : elle consiste à travailler les éléments récoltés et associés les informations les unes avec les autres. Certaines associations peuvent permettre de découvrir de nouvelles opportunités ou au contraire de se rendre de compte de l'incompatibilité de l'association de certaines idées. Cette étape constitue une première étape de filtrage.
  3. Phase d'illumination : c'est le fameux Euréka, ce moment de révélation créatif que l'on peut assimiler à un flash.
  4. Phase de vérification : c'est le fameux crash-test. Il faut confronter tes idées à la réalité. Tester ses idées permet de savoir si ton idée est validée ou pas.

La durée de ce processus est variable selon les personnes et c'est ce qui fait la différence entre les personnes lambda et les créatifs.  Ce mécanisme peut prendre plusieurs mois, voir plusieurs décennies. Steve Johnson pense d'ailleurs que les meilleures idées sont celles qui sont issus d'un long processus.

Conseil N°2 : n'abandonne pas à la première difficulté. Cultiver ses idées prend du temps. Soit patient.

Dans quels cas ce processus peut être utile ?

La créativité est utilisée pour résoudre des problèmes en tout genres. Ce sont des questions qui méritent des réponses et qui nécessitent l'intelligence humaine pour y trouver des solutions ; que ce soit des problèmes à l'échelle individuelle ou de l'humanité.

Premier exemple à l'échelle invidiuelle : comment manger sain et bio sans se ruiner ?

Deuxième exemple à l'échelle de l'humanité : comment nourrir sept milliards de personnes sans vider la planète de ses ressources naturelles ?

Utiliser sa créativité pour résoudre ces problème peut  nous permettre de gagner du temps, de l'argent. C'est donc améliorer notre qualité de vie de manière globale.

Guilford, psychologue américain, a développé une théorie beaucoup plus complexe qui se base sur plusieurs schémas de pensées favorisant l'émergence d'idées.

  1. L'ouverture sur le monde : j'en n'ai parlé dans l'épisode 4 sur comment créer un espace propice à la création. Pour cela, développe ta curiosité.
  2. La fluidité de la pensée : elle est liée à l'ouverture sur le monde et permet d'accepter le changement sans porter de jugement de valeur.
  3. L'originalité personnelle : c'est la patte que tu vas apporter et qui va te permettre d'être identifié(e)
  4. La capacité à transformer les choses : c'est le fait de pouvoir construire des choses à partir d'éléments qui sont modulables
  5. L'esprit d'analyse et de synthèse : dans cette démarche de recherche, c'est la capacité à étudier et à produire des documents riches en information tout en étant digeste quant à sa forme.
  6. La capacité d'organisation : elle consiste à structurer sa pensée de manière logique et claire.

Conseil N°3 : ne cesse jamais d'apprendre. Soit ouvert et curieux. Retransmets ce que tu as appris à d'autres personnes qui ne connaissent pas le sujet pour t'entraîner et développer tes capacités d'analyse, de synthèse et d'organisation.

Comment savoir si une idée est bonne ou mauvaise ?

Tu n'as pas le choix : tu dois tester ton idée. Expérimente. Confronte ton idée à la réalité à la manière d'un crash-test.

Récolte les données issues de cette expérimentation et améliore ton idée de base. Ton idée se sera pas parfaite dès le début. Aucun designer aussi bon que ce soit, peut prétendre avoir des idées qui marchent dès le premier coup. Tu dois partir du principe que tu as toujours tord. Plus tu cherches à améliorer ton idée, meilleure elle sera.

Il y a également un facteur qui rentre en ligne de compte : c'est l'intuition. C'est ce sentiment intérieur qui nous guide telle une boussole. C'est cette voix qui nous dit "vas-y, fonce" ou "arrête, ce n'est pas la peine". Ce sentiment est étroitement lié à la confiance en soi.  A ne pas confondre avec la peur mais cela fera l'objet d'un épisode à part entière.

Conseil N°4 : teste tes idées, récolte les feedback. Améliore ce qui doit être optimisé et recommence.

Quels sont les pièges à éviter ?

Si tu as bien suivi? tu peux donc en déduire quelques pièges  à éviter si tu souhaites développer ta capacité à générer des idées tels que :

  • Ne pas confronter ses idées à la réalité,
  • Ne pas s'ouvrir au monde,
  • Ne pas faire l'effort de connecter les idées entre elles,
  • Ne pas se fier à son intuition,
  • Brûler les étapes en bâclant les étapes de préparation et d'incubation (analyse de Wallas)

Conseil N°5 : ce processus n'est pas linéaire. Il nécessite un entraînement régulier. Tout comme le sport, plus tu pratiques plus ce mécanisme sera facile pour toi. Tu deviendras beaucoup plus créatif et ton cerveau va bouillonner d'idées.

Que faut-il en retenir ?

La formule magique n'existe pas. C'est un processus cyclique qui s'enrichit à chaque exécution. C'est un processus dans lequel tu dois t'impliquer à 200%. Plus tu pratiques, moins ça devient difficile. Une idée ne devient bonne qu'à partir du moment où tu la confrontes à la réalité. Les meilleures sont celles qui ont mis le plus de temps à être produites donc la qualité reste la priorité.