Procrastiner pour mieux créer

Procrastiner pour mieux créer

. lecture : 3 minutes

Dans une société où le mort d'ordre est la performance, procrastiner semble être à la limite de l'acte criminel. Cette obsession pour la productivité nous fait oublier  que notre créativité n'est pas exploitable telle une machine. Mais comment la procrastination peut booster notre créativité ?

La procrastination accusée à tord

Notre monde est régit par les lois capitalistes. Le temps c'est de l'argent, et il n'est pas question de le gâcher à "ne rien faire". Les outis numériques amplifient davantage ce phénomène.  Il faut tout faire, tout de suite. Reporter à plus tard ? J - A - M - A - I - S.

Le procrastinateur est donc l'accusé parfait : paresseux, feignant, contre-productif, sans objectif précis. Bref, marginalisé. A l'inverse, avoir un agenda bien rempli est valorisé, encouragé au point où les gosses cumulent parfois plus de 3 activités extra-scolaires. Il y a de quoi de faire d'eux des enfants nevrosés à deux doigts du burn-out !

Pourtant, il s'en passe des trucs dans notre cerveau quand nous ne faisons rien, et qui peuvent aider à stimuler notre créativité, et ce, de manière passive.

5 raisons de procrastiner

Raison 1 : notre créativité est cyclique

Notre créativité n'est pas linéaire, on ne la commande pas comme une machine. Il y a des pics de créativité, mais également des creux. Pendant ces passages à vide, il est fortement déconseillé de s'obstiner à créer et plutôt de laisser la procrastination opérer. Elle va nous inciter à la rêverie et à l'imagination, qui peuvent être à l'origine  des flash créatifs. Beaucoup admettent avoir des illuminations pendant ces phases de fare niente.

Raison 2 : elle permet de nous adapter

Si tu as un projet complexe avec plusieurs aspects à gérer. Le temps que tu vas prendre pour chacune des étapes va être plus importante. Si c'est un projet ambitieux et qui te tiens à coeur, tu as sûrement la volonté de bien (sans tomber dans le perfecitonnisme bien sûr). Mais cela nécessite plus de recherches, plus de travail qui ne sont pas destinés à la construction de ton projet. Ce temps est vu alors comme un temps d'adaptation, un "buffer" pour te permettre de passer de l'étape A à l'étape B.

Raison 3 : elle nous permet de se focaliser sur ce qui est important

Procrastiner signifie parfois sélectionner les tâches importantes dans l'instant T. Et il y en a qui sont moins importantes que d'autres. Dans ce cas, la procrastination  est vue comme une réévaluation des projets / tâches / activités en cours. Elle permet de se décharger mentalement de certaines tâches qui n'ont pas leur place.

Raison 4 : elle améliore notre flexibilité

Travailler à flux tendu permet d'améliorer notre flexibilité créative. Les travailleurs de dernière minute sont habitués à délivrer des choses dans un lapse de temps court. Cela peut être très bien pour mettre à l'épreuve ta créativité. Tu serais suprise de savoir tout ce que tu peux donner en 10 minutes. Paradoxalement, ce n'est pas parce qu'on a plus de temps qu'on fait toujours mieux les choses.

Raison 5 : elle nous permet de se retrouver avec soi

Ce moment peut être vu aussi comme un moyen pour se retrouver avec soi. Un moment que tu peux utiliser pour te poser des questions sur divers plans de ta vie ; notamment ta créativité. Grâce à la procrastination, tu vas donner la parole à tes émotions enfouies et qui peuvent être très intéressantes d'un point de vu créatif.

Quand procrastiner ?

procrastination doit être utilisée avec parcimonie et conscience. En avoir conscience permet de la rendre productive. Procrastiner sur des tâches simples comme les tâches ménagère est inutile car la tâche n'a pas d'issue meilleure si la tâche est résolue le lendemain. C'est juste remettre la douleur à plus tard. Dans ces cas, là il vaut mieux arracher le pansement d'un coup sec. Dans certains contextes, il est préférable de remettre certaines choses au lendemain.

En résumé

Au final, tout est question d'équilibre. Il faut savoir s'écouter pour décider de ce qui est juste ou pas de remettre au lendemain. Si les raisons pour lesquelles tu procrastines sont légitimes, tu n'auras jamais à culpabiliser.